Arthur Honegger, présentation du choix des oeuvres enregistrées
Arthur Honegger - Mélodies et pièces pour clavier 1915 – 1923
Arthur Honegger - Mélodies et pièces pour clavier 1939 – 1946
Ecouter des extraits de Arthur Honegger
Dossier de presse

Kurt Weill - Tube aux Tubas
Ecouter des extraits de Kurt Weill

Le Chant d'Amour et de Mort du Cornette Christoph Rilke

Popolémoi - 8 duos pour contrebasse et voix de mezzo-soprano

Cinq chansons noires - 5 duos pour voix et instrument de Thüring Bräm sur des textes d'Aloïse

Commande de Disques

Arthur Honegger

Arthur Honegger (1892-1955) est trop souvent, à mes yeux, considéré avant tout comme l’un des représentants du «Groupe des Six», groupe existant d’abord par les liens amicaux entre les artistes, et connu sous ce nom par un article du critique musical Henri Collet de janvier 1920. Le succès de cette formule dépend largement du besoin du Public de classifier et répertorier choses et gens, peut-être pour faire l’économie d’une écoute et d’une appréciation personnelle. Pour moi, l’indépendance et l’honnêteté intellectuelle et artistique sont des qualités premières chez ce compositeur. Sa démarche se rapproche de celle de Bach, dans son rapport avec les musiques qui l’ont précédé, sa science du contrepoint, véritable clé de lecture de son œuvre et sésame lui permettant de sortir de l’impasse, dans laquelle une harmonie de plus en plus surchargée et complexe avaient mené la musique à ce moment de son évolution, et ce sans simplification radicale de cette harmonie, mais en l’abordant d’une autre manière. Cet enregistrement se propose de faire entendre une grande partie de ses mélodies et des pièces pour piano, écrites jusqu’en 1923, non comprises les œuvres de jeunesse. C’est durant cette période qu’Arthur Honegger écrivit la plus grande part de sa musique de chambre et de ses pièces pour piano, et la première partie de ses mélodies. Il retrouvera ce genre, et de quelle manière!, entre 1938 et 1947, avec, entre autres, les trois poèmes de Claudel, le petit cours de morale de Giraudoux, quatre chansons pour voix graves.

Notons également que le «Roi David» (1921), «Horace victorieux» (1921), «Skatingring» (1922), «Pacific231» (1923), sont des mêmes années.

Pourquoi mêler mélodies et pièces pour clavier? La mélodie, par son lien au texte, sa brièveté, induit une écoute plus contraignante que la musique dite pure, peut-être plus facile aussi par certains aspects, puisqu’on a l’aide du sens des mots. La possibilité d’alterner les deux écoutes, nous permet, en variant les points de vue, («d’audition»), une approche plus complète, les deux aspects s’éclairant, se questionnant ou se répondant, révélant mieux. ainsi la richesse de cette œuvre.

Toutes ces pièces ayant déjà été enregistrées, le principe de l’intégrale ne se justifiait pas. J’ai donc écarté la toccata et variations (1916), qui bien qu’étant la première œuvre véritablement aboutie du compositeur, me semblait à part du reste de sa production, peut-être par l’emploi, resté unique, de la grande forme, et ne pas s’intégrer de façon satisfaisante dans le programme; nous avons également mis de côté le premier des «Quatre poèmes», «Sur le basalte», le texte n’étant certainement pas étranger à ce renoncement. Par contre, les deux pièces pour orgue, «Fugue» et «Choral», sont présentées, me paraissant répondre de façon intéressante aux premières mélodies, par la parenté de certaines cellules, la manière d’articuler la phrase musicale.
Daniel Fuchs

Arthur Honegger - Mélodies et pièces pour clavier 1915 – 1923
  • 1. Petite Chapelle (J.Laforgue) (1916) 2’08
  • 2. De l’Angelus de l’Aube à l’Angelus du soir (F.Jammes) (1915) 2’48
  • 3. La Mort passe (A.Tchobanian) (1916) 1’18

  • Extraits de: Quatre Poèmes, Ed. Chester Music

    Deux pièces pour orgue (1917)*
  • 4. Fugue 2’46
  • 5. Choral Ed. Chester Music 3’54

  • Trois poèmes de Paul Fort (1916) (extraits de Complaintes et Dits)

  • 6. Le chasseur perdu en forêt 2’01
  • 7. Cloche du soir 2’20
  • 8. Chanson de fol 0’55

  • Trois pièces pour piano

  • 9. Prélude (1919) 2’36
  • 10. Hommage à Ravel (1915) 2’28
  • 11. Danse (1919) 1’57
  • 12. Nature morte (Vanderpyl) (1917) 1’42
  • 13. Sarabande (1919) (extrait de «l’Album des Six») 1’25

  • Six poèmes (Apollinaire) (extraits de «Alcools»)

  • 14. A la « Santé » (1916) 1’28
  • 15. Clotilde (1916) 1’03
  • 16. Automne (1915) 1’53
  • 17. Saltimbanques (1917) 1’13
  • 18. L’Adieu (1917) 0’49
  • 19. Les Cloches (1917) 1’30

  • Sept pièces brèves pour piano (1919-20)

  • 20. 0’30 21. 0’22 22. 2’04 23. 0’18 24. 1’21 25. 0’46 26. 1’08

  • Six poésies de Jean Cocteau

  • 27. Le Nègre (1920) 0’48
  • 28. Locutions (1920) 0’47
  • 29. Souvenirs d’enfance (1920) 0’53
  • 30. Ex-voto (1923) 0’38
  • 31. Une danseuse (1923) 0’38
  • 32. Madame (1923) 0’45

  • Le Cahier Romand (1921-23), Cinq pièces pour piano, Ed. Salabert

  • 33. 1’36 34. 1’02 35. 1’19 36. 1’11 37. 0’47


  • *orgue de l’Eglise du Collège Saint-Michel, Fribourg

Arthur Honegger - Mélodies et pièces pour clavier 1939 – 1946

    Trois poèmes de Claudel (1939-1940)

  • 1. Sieste 2’23
  • 2. Le Delphinium 1’35
  • 3. Le Rendez-vous 3’56
  • 4. Hommage à Roussel (piano) (1928) 1’36

  • Trois Psaumes (1940-1941)

  • 5. Psaume XXXIV de Théodore de Bèze 2’02
  • 6. Psaume CLX de Théodore de Bèze 2’43
  • 7. Psaume CXXXVIII de Clément Marot 0’55
  • 8. Fuguette sur le nom de Bach (piano) (1932) 5’41

  • Petit cours de morale (1941)

  • 9. Jeanne 0’35
  • 10. Adèle 0’49
  • 11. Cécile 0’49
  • 12. Irène 0’45
  • 13. Rosemonde 0’52
  • 14. Scenic-Railway (piano) (1938) 1’34

  • Saluste du Bartas 6 Villanelles de Bédat de Montlaur (1941)

  • 15. Le Château du Bartas 1’07
  • 16. Tout le long de La Baïse 1’18
  • 17. Le départ 1’13
  • 18. La promenade 1’19
  • 19. Nérac en fête 0’50
  • 20. Duo 1’34
  • 21. O temps suspends ton vol (1945) 2’30
  • 22. Première esquisse (piano) (1943) 2’54
  • 23. Deuxième esquisse (piano) (1943) 1’55

  • Quatre chansons pour voix grave (1940-1945)

  • 24. I La douceur de tes yeux de Archag Tchobanian 1’09
  • 25. II Derrière Murcie en fleurs de William Aguet 1’25
  • 26. III Un grand sommeil noir de Paul Verlaine 1’22
  • 27. IV La terre les eaux va buvant de Pierre Ronsard 0’46
  • 28. Mimaamaquim (1946) 3’29
  • 29. Partita (deux pianos, avec Fabrizio Chiovetta) (1943) 13’05

Ecouter des extraits
Arthur Honegger - CD 1 - Mélodies et pièces pour clavier 1915 – 1923
[1] Petite Chapelle (J.Laforgue) (1916) 2’08
[2] De l’Angelus de l’Aube à l’Angelus du soir (F.Jammes) (1915) 2’48
[3] La Mort passe (A.Tchobanian) (1916) 1’18
[18] L’Adieu (1917) 0’49
[27] Le Nègre (1920) 0’48
[28] Locutions (1920) 0’47
[29] Souvenirs d'enfance (1920) 0'56



Arthur Honegger - CD 2 - Mélodies et pièces pour clavier 1939 – 1946
[13] Rosemonde 0’52
[20] Duo 1’34
[24] I La douceur de tes yeux de Archag Tchobanian 1’09
[25] II Derrière Murcie en fleurs de William Aguet 1’25
[26] III Un grand sommeil noir de Paul Verlaine 1’22
[27] IV La terre les eaux va buvant de Pierre Ronsard 0’46


Kurt Weill - Tube aux Tubas

Brigitte Ravenel enregistre Kurt Weill encerclée de tubas.

Tubes aux tubas Brigitte Ravenel est une cantatrice atypique qui aime par-dessus tout explorer des répertoires insolites, une alchimiste en quête d’alliages inouïs. La mezzo-soprano nyonnaise incarnait dernièrement à la scène une effrayante sorcière (c’était dans Didon et Enée en novembre à Lausanne), elle réinvente aujourd’hui Le Cornette de Rilke et Martin (lire ci-dessous), et s’habille de tubas pour interpréter les chansons de Weill, son dernier disque.

- Comment vous est venue cette idée d’accompagner Weill aux tubas?
- Brigitte Ravenel: J’aime le son des cuivres, les couleurs de ces instruments, et je trouve idéal le mariage des cuivres et de la voix. En travaillant les chansons de Kurt Weill, j’entendais cela en moi et je me disais: «Qu’est-ce que ça sonnerait bien!» J’en ai parlé à Bernard Trinchan, qui joue de plusieurs cuivres, mais je ne savais pas qu’il était membre d’un quatuor de tubas.

- Comment s’est passée la collaboration?
- Les membres de Dites-le-moi Tuba ont tout de suite été enchantés de jouer cette musique, ça leur permet de faire quelque chose de neuf. J’ai demandé à Antoine Auberson, qui adore Weill, d’écrire les arrangements. Mais quand nous avons commencé les répétitions, il a fallu trouver un équilibre, et la bonne disposition entre les instruments et moi pour que mes deux cordes vocales ne soient pas écrasées. Nous avons cherché une vibration commune, comme dans un quatuor vocal.

- Quel aspect de Kurt Weill ressort de ces chansons?
- Il s’agit d’un recueil constitué par l’éditeur intitulé Les inédits. Ce sont 13 mélodies à caractère lyrique qui nécessitent une vraie voix d’opéra. La présence des cuivres permet une grande souplesse et d’élargir la palette des couleurs, avec ce côté fanfaron du tuba. Pour ma voix, cet accompagnement, c’est du velours. Je me sens portée, comme à la poupe d’un grand navire.

Matthieu Chenal

CD: Brigitte Ravenel & Dites-le-moi Tuba, Les inédits de Kurt Weill, Salycus (distribution: Disques Office) Concert: Fribourg, Schubertiade, 1-2 sept.


Ecouter des extraits
Kurt Weill - Les inédits

Le Chant d'Amour et de Mort du Cornette Christoph Rilke

Texte de Rainer Maria Rilke
Musique de Frank Martin
Pianiste: Francesco Libetta www.francesco.libetta.it


Popolémoi

8 duos pour contrebasse et voix de mezzo-soprano

................Une chatte sortait d'une grange,cornemuse sous le bras.
Elle ne savait chanter que: " Fiddle cum fee, le 
bourdon a épousé la souris"
Souffle!chatte!Danse souris ! Faisons belle noce chez 
nous!...............

Telle est la première mélodie du dernier enregistrement de duos  inédits qui réunit une contrebasse et une voix lyrique!!..c'est tout  aussi surprenant que le mariage d'un bourdon et d'une souris... vous  ne trouvez-pas?
Huit duos pleins de fantaisie, d'humour, de tendresse, d'émotions  vraies....qui témoignent des soirées créées au château de Nyon depuis  7 ans, le soir de la pleine lune de juillet....

A la contrebasse le merveilleux : Popol Lavanchy!

Cinq Chansons Noires

5 duos pour voix et instrument de Thüring Bräm sur des textes d'Aloïse

«La sonate derrière la lune»: 5 chansons noires d'après des textes d'Aloïse
C'est en 2009/ 2010 que sur l'initiative de Magali Schwartz, j'ai composé un opéra de chambre sur la personnalité d' Aloïse Corbaz, l'une des plus fameuses figures des artistes peintres de «l' Art Brut».
La quasi-totalité des textes que j'ai utilisé sont d'Aloïse elle-même. Le cadre du livret et la forme ont été extraits de la grande peinture «le cloisonné du théâtre». Cependant, tout en réalisant ce travail, j'ai découvert un grand nombre de textes d'un caractère figuratif merveilleux qui invite aussi à être mis en musique.
Ce sont justement certains de ces textes qui m'ont inspiré pour répondre à la demande de Brigitte Ravenel de lui composer un cycle de duos pour cette soirée de pleine lune! La forme est simple; elle ressemble à des chansons, tel les anciens «Biciniums» (d'Orlando di Lasso par exemple) qui sont des compositions pour deux voix.
Le choix des instruments est assez particulier, car ce sont tous des instruments «sombres» pour ces textes noirs, écrits par une femme schizophrène: Aloïse Corbaz.
C'est comme si nous écoutions des sonorités auxquelles nous ne sommes pas accoutumés, qui nous viendraient de la face cachée de la lune...

T. Bräm

Commande de Disques

C'est très simple, il vous suffit de prendre contact à l'adesse diva@brigitte-ravenel.ch en indiquant la quantité desirée. Les modalités de paiement vous seront communiquées.

Arthur Honnegger - 1915-1923 35.- pièce
Arthur Honnegger - 1939-1946 35.- pièce
Kurt Weill - Les Inédits 35.- pièce
Popolémoi 20.- pièce
Cinq Chansons Noires 25.- pièce
Rilke-Martin - Chant d'Amour et de Mort du Cornette 40.- pièce
Les joues en Feu 35.- pièce
(C) Copyright Brigitte Ravenel 2015